FINANCER LA CRÉATION ET LA REPRISE
FAVORISER L'ENTREPRENEURIAT DANS TOUTE SA DIVERSITÉ
SOUTENIR L'INNOVATION SOCIALE

Confitures Parisiennes

TPE-PME | Alimentation

Laura Goninet et Nadège Gaultier ont fondé la marque Confitures Parisiennes en octobre 2015. Elles avaient  pour habitude de se retrouver à la sortie de l’école, autour de goûters, à parler de nourriture (leur passion) et l’idée leur vint de se lancer dans la confiture.

« On s’est rendu compte que la confiture a une image un peu vieillotte, nous voulions inventer des recettes gastronomiques, inattendues avec un bel équilibre de fruits et d’épices. En faisant un emballage aussi beau que l’intérieur est bon. On fait de petites productions, on achète cher pour ne pas étrangler les petits producteurs avec qui on travaille, on n’utilise que de bons produits, par exemple pas de sucre blanc mais du sucre de cannes non raffiné. Notre pot de 250 grammes est à 15 euros donc au début on a eu un gros doute ».

« On a connu PIE à travers une personne de notre équipe qui connaissait la structure. Nous avons déposé un dossier et rencontré Fanny, consultante de l’association, à qui on a raconté toute notre histoire pendant deux heures, on a eu un super bon feeling avec elle ! Elle nous a par la suite accompagnées jusqu’au passage en comité. »

Les grandes étapes de création ?

Nadège: « On a frappé à toutes les portes, dont la Grande Epicerie de Paris, pour référencer notre produit et nos recettes étaient tellement différentes que les points de vente ont voulu tester. Ils ont passé une commande juste avant les fêtes de Noël et au bout d’une semaine ils avaient tout vendu. Ils en ont passé une deuxième et c’était lancé ».

Laura: « On a participé au salon du Made in France trois semaines après la création de la société avec un tréteau, quelques pots et quatre recettes. On s’est retrouvées devant de vrais clients alors qu’avant on avait juste nos parents qui nous disaient « c’est super ma chérie ». On a eu des retours hyper positifs, ce qui nous a beaucoup rassurées. La deuxième étape c’est mon père qui nous a rejoint et a accepté de remettre aux normes une dépendance dans son jardin pour faire un labo. Mon père est un confiseur à la retraite et son aide était très précieuse., on n’aurait pas pu le faire sans lui! ».

N.: La dernière étape c’est d’avoir embauché. A défaut de se payer soi-même, on est hyper fières d’agrandir l’équipe. Et à partir de là, on s’est dit qu’il fallait ouvrir une vraie confiturerie dans Paris ».

Racontez-nous la naissance de la Confiturerie ?

N.: « On avait besoin de quelque chose de grand, qui soit réellement un atelier de production. La logistique est aussi le nerf de la guerre, on a beau faire la meilleure confiture du monde, si elle arrive cassée ou n’arrive pas à destination, tout notre travail ne sert à rien.
On a trouvé cette arche de 300m² avenue Daumesnil, un endroit classé au patrimoine historique, il y a la promenade de la coulée verte au-dessus. On pourra y faire la fabrication, la dégustation, le petit-déjeuner, les bureaux et la logistique. L’idée est d’ouvrir en juin, de pouvoir se roder cet été et de rapidement proposer le « breakfast » et le « tea-time » sur place. »

Quelle est la qualité qui vous a le plus aidées dans l’aventure ?

L.: « Etre deux! On est très différentes, mais complémentaires, et dans la même situation avec des enfants qui restent notre priorité. On a trouvé un bon équilibre et je pense que seule, on n’aurait pas pu ».

N.: « Une autre qualité c’est la persévérance, car le chemin d’entrepreneur est tellement semé d’embûches qu’il faut vraiment s’accrocher! »

Vous travaillez beaucoup avec de grands chefs… comment se fait-il ?

L.: « On a rapidement réalisé que travailler avec des grands chefs pâtissiers et cuisiniers, était un créneau à prendre. C’était génial de pouvoir travailler avec des personnes dont on apprécie le travail: le chefs étoilé Sylvain Sendra, l’Hôtel Crillon pour préparer des recettes pour les fêtes de Noël… »
« Ça nous fait rencontrer beaucoup de personnes différentes qui amènent leurs touches avec des recettes reflétant leur personnalité. L’Or Noir par exemple, est une recette avec des dattes, du citron noir d’Iran et une pointe de charbon actif qui donne un aspect noir intense à la confiture. C’est notre force, on a des recettes qui ne sont nulle part ailleurs ».


Ils soutiennent PIE