L'ACTUALITÉ
DE PIE & CO

14 décembre 2021

De la demande de financement au parrainage : retour sur le parcours PIE d’Emilie Chrysostom

Parrainage

Emilie Chrysostom a ouvert fin 2020 la pâtisserie artisanale Les Gourmandes à Paris dans le 19ème arrondissement avec l’aide de PIE. Un projet devenu réalité grâce notamment à l’accompagnement de son consultant financier, Antoine Laurent, et de son parrain bénévole, Alain Cléret.

Passionnée par la pâtisserie depuis des années, son CAP en poche, Emilie, 42 ans, quitte sa profession d’esthéticienne pour ouvrir son propre salon de thé à Paris. Elle se tourne alors vers les structures qui accompagnent les créateurs d’entreprise à Paris. BGE Parif l’aide à construire son prévisionnel. GIE Paris Commerce lui attribue un local boulevard Sérurier dans le 19e. Paris Initiative Entreprise lui accorde un financement et lui propose un parrain expérimenté pour l’accompagner dans ses premiers mois d’activité.

 

Être accompagnée dans sa demande de financement

En août 2020, Emilie envoie sa demande de financement à PIE, qui lui confirme sous 72h que son projet est bien éligible. Un conseiller financier lui est alors attribué : c’est Antoine Laurent, fraîchement arrivé chez PIE qui accompagnera la créatrice. « C’était mon premier dossier de reconversion professionnelle, avec une entrepreneure qui n’a pas encore la compétence métier. Emilie était tout de même bien préparée, et l’aider dans son projet c’était lui donner la possibilité de vivre de sa passion ! ».

Le rôle d’un consultant PIE, c’est de conseiller et accompagner les porteurs de projet pour que leurs dossiers soient suffisamment solides et structurés afin que les membres du comité puissent juger de la pertinence d’un financement ou non. « Quand un dossier nous est attribué, on accueille la personne, on tente de comprendre son projet, on collecte les informations nécessaires que l’on synthétise dans une note. On affine parfois certains éléments : marge, business model, mise en garde avec le Covid, etc. » nous explique Antoine.

Une fois la note de synthèse réalisée, le consultant détaille le déroulé du comité pour que la créatrice sache à quoi s’attendre : profil des membres du jury, points forts et fragilités du projet, questions qui pourraient lui être posées, etc. « Antoine est un très bon conseiller, calme, bienveillant. Il m’a bien préparé au comité, prenait le temps d’expliquer les choses», nous confie Emilie.

 

Convaincre le comité d’engagement

La créatrice maîtrise son projet sur le bout des doigts et convainc le comité d’engagement PIE le 29 septembre 2020 de lui accorder un Prêt d’honneur création – accès local commercial de 10 000€ ainsi qu’un Prêt Dépôt de Garantie de 2 805€. Le jury lui propose également un parrainage pour l’aider dans son métier de chef d’entreprise ; ce qu’elle accepte avec plaisir. « Chez PIE, il y a trois temps : le regard du consultant, puis celui du comité puis celui du parrain. C’est le Graal pour ceux qui peuvent en bénéficier ! » selon le consultant.

Emilie reçoit les fonds PIE fin octobre 2020, deux jours avant le second confinement. Cet argent lui permet de payer ses premiers loyers, et d’avoir la trésorerie suffisante pour payer ses employés et faire face à des imprévus.

Les Gourmandes à Paris ouvrent leurs portes courant décembre et le succès est au rendez-vous ! La pâtissière cartonne auprès des habitants du quartier avec ses bûches de Noël. Elle se fait connaître, ses gourmandises séduisent la clientèle de quartier qui devient très fidèle. « J’ai plutôt bien géré mon stock dès le début. Je ne proposais qu’un choix de pâtisserie par jour pour éviter les pertes. J’ai augmenté au fur et à mesure que la clientèle grossissait. »

 

Apprendre à gérer son entreprise grâce au parrainage

C’est en février 2021 qu’intervient son parrain PIE, Alain Cléret. « Les six premiers mois d’Emilie ont été une succession de galères ; le tout est de ne pas se laisser submerger. »

Ancien cadre dirigeant chez Total, il partage son expérience depuis 2015 avec les créateurs d’entreprise parisiens. « Je dis toujours à mes parrainés qu’ils ont choisi le pire métier car il faut être bon dans son métier de base ainsi qu’en finance, en RH, en commerce, en communication, etc. Il faut être multi compétent ! » 

C’est alors une relation de confiance qui s’établit entre la jeune dirigeante et son parrain. Alain l’écoute, la rassure et l’aide à avoir ce regard de chef d’entreprise qu’elle n’a pas encore. « On avance ensemble, progressivement. Son aide est précieuse et bienveillante. Alain a beaucoup d’empathie. » 

Le parrain a souvent le rôle que devrait avoir l’expert comptable dans la gestion de l’entreprise (suivi de la trésorerie, révision des marges, priorisation d’une activité plus rentable) mais aussi une grande part de soutien psychologique. « Emilie était stressée, il a fallu la rassurer et relativiser les coups durs », nous confie son parrain.

Cette expérience a autant conquis la créatrice que son parrain bénévole, qui n’en retiennent que du positif. « Si je devais résumer ce parrainage en deux mots, je dirai « appui » et « confiance » – une confiance en moi et en mon parrain ! » conclut Emilie.